HISTOIRE DE LA MODE

Repetto, la marque qui avançait sur la pointe des pieds

Marque française mythique, à la jolie histoire, Repetto voit le jour en 1947 dans un atelier parisien, à deux pas de l’Opéra.

Créée par Rose Repetto, elle conçoit tout d’abord des chaussons pour son fils, danseur et chorégraphe, puis se verra 10 ans après, créer la ballerine la plus célèbre.

Un savoir-faire français

C’est avec une technique toute particulière que Rose Repetto conçoit ses souliers :« le cousu-retourné ». Cela signifie que la semelle des chaussons est cousue à l’envers afin d’assurer la souplesse et le confort. Ce procédé de fabrication unique fera le succès de la maison auprès des danseurs et des danseuses classiques.

www.repetto.fr
www.repetto.fr

En 1956, après la création des légendaires chaussons de ballet, Rose Repetto est approchée par Brigitte Bardot afin de fabriquer les célèbres ballerines Cendrillon à partir de la technique « cousu-retourné ». Les modèles de la marque quittent donc les Opéras et ballets pour descendre dans les rues.

Rose Repetto reste très attachée à son savoir-faire et à l’artisanat français. Après avoir ouvert sa première boutique rue de la paix où elle fournit les plus grandes étoiles du monde, elle implante le berceau de fabrication en 1967 en Dordogne, qui continue d’exister à ce jour.

Au début des années 70, la marque est à son apogée, Gainsbourg tombe sous le charme de la nouvelle création de Rose Repetto : les Zizi. Il les portera tout au long de sa carrière et deviendra même ambassadeur de la marque.

Le développement de la marque

En 1999, une vingtaine d’années après le décès de la fondatrice de Repetto, Jean-Marc Gaucher, l’actuel PDG, est nommé à la tête de Repetto. Il restructure l’entreprise et la remet sur le devant de la scène. Il voit les choses en grand pour la marque : faire de son savoir-faire français une force et devenir leader sur le marché monde du luxe et de la danse.

La marque enchaine alors les collaborations avec de grands créateurs comme Issey Miyake, Yohji Yamamoto ou encore Karl Lagerfeld en 2009. Repetto se diversifie en 2011 en créant une ligne de maroquinerie à partir de cuirs plébiscités par la marque. Elle lance également une collection prêt-à-porter en 2012 puis l’année suivante un parfum qualifié d’élégant et raffiné comme la maison Repetto.

La marque se diversifie pleinement mais garde son positionnement de marque française artisanale, ce qui fait son succès à l’étranger. La moitié de son chiffre d’affaire est issue de l’export. En 2013, elle est déjà présente dans 45 boutiques à l’étranger. Repetto s’en tient à son objectif et se hisse dans le monde du luxe.

L’image de marque

La force de Repetto réside dans ses valeurs. Depuis sa création, il y a bientôt 70 ans, elle s’inspire de la grâce et l’élégance féminine à travers des modèles fins. Elle nourrit le rêve des petites filles de devenir un jour danseuses étoiles. En 2007, le président de la maison crée la Fondation « Danse pour la vie » en soutien aux écoles de danse du monde entier et aider la réintégration des enfants en détresse à travers l’art. L’association aide donc non seulement à l’éducation des enfants mais elle équipe aussi les écoles en matériel de danse.

www.repetto.fr
www.repetto.fr

En plus de cette association, Repetto ouvre son école de formation aux métiers du cuir en Dordogne. L’objectif ? Former les salariés de l’entreprise et réagir face à l’accroissement international de la maison.

 

Repetto c’est l’histoire d’une mère attentionnée envers son fils, passionné et doué des ballets de danse classique. C’est aussi une marque qui dure, depuis presque 70 ans, et qui a fait adopter l’élégance française au monde entier.