Supdemod, école de la Mode et du Luxe à Lyon depuis 1952

FASHION DESIGN & BUSINESS SCHOOL SINCE 1952
FASHION DESIGN & BUSINESS SCHOOL SINCE 1952

L’histoire du corset, de sa création à nos jours


CORONAVIRUS :

Face à cette période, nous informons tous nos candidats que les sessions d’admissions sont maintenues par visioconférence. N’hésitez pas à contacter nos Chargé(e)s d’Admissions au 04.78.42.28.75 ou à candidater en ligne pour fixer un rendez-vous… depuis chez vous !

En savoir plus

Étymologie, définition et naissance du corset

Le corset fait son apparition en premier lieu dans un milieu militaire, avant d’être utilisé en tant que sous-vêtement féminin, à la renaissance, à la cour d’Espagne, puis de se propager en Europe. A l’origine, le corset se composait de baleines, de buscs et d’œillets en acier, permettant le maintien de la poitrine et le modelage du corps.

Son évolution au fil des époques

Lors de son apparition, au XVIème siècle, le corset est symbole de noblesse. Il donne à la femme qui le porte une position droite et ferme, qui doit être le reflet de son rang et de son image.

Alors que la poitrine est aplatie, et que la taille n’est pas (ou peu) réduite, ce corset donne l’impression d’une silhouette conique, plutôt masculine. Le corset servait alors à « mettre en forme » le buste.

A partir du XVIIème siècle, le corset se resserre à la taille, et se voit orné de décorations.

Au XVIIIème siècle, le corsage  se lace devant ou derrière. Il se rigidifie par des baleines remontant la poitrine et ses bretelles amenant les épaules en arrière, de manière à rapprocher des omoplates. Ce corset est appelé « grand corps » et est très contraignant.

Dans les années 1800, la forme « sablier » du corset voit le jour : les seins sont soutenus et séparés de manière à être mis en valeur. Les corsets deviennent de plus en serrés et la taille n’en est que plus comprimée. C’est également dans la seconde partie de ce siècle que le baleinage devient métallique.

Dans les années 1860, le corset se porte court et bas, couvrant ainsi à peine la poitrine.

En 1870 le corset s’allonge, de manière à descendre sur les hanches, et une « tournure » (sous-vêtement consistant à amplifier la taille du postérieur) y est ajoutée. C’est également dans cette décennie que la couleur des sous-vêtements commence à se diversifier.

Dans les années 1900, Inès Gâches-Sarraute, qui est médecin et corsetière met au point le corset « Belle-Epoque », qui donne aux femmes une silhouette en « S » : ventre aplatie, poitrine relevée et dos très cambré.

En 1906, le couturier Paul Poiret supprime le corset, au profit des robes taille hautes. 

Du corset à la lingerie que l’on connaît aujourd’hui

A partir de 1914 et avec le début de la 1ère Guerre Mondiale, le corset se desserre, de façon à être plus adapté au travail des femmes dans les hôpitaux ou dans les usines. Le corset est peu à peu remplacé par le soutien-gorge et la gaine, plus adaptés. Ils sont plus confortables et permettent un gain de temps indéniable.

Aujourd’hui, même si son usage n’est plus quotidien, le corset est encore fabriqué, notamment en guise de costume pour l’opéra et le théâtre par exemple.  Il est notamment mis en avant depuis les années 1980, par le couturier Jean Paul Gaultier.

Le corset est désormais vu comme une pièce glamour et luxueuse, fabriqué avec des matières telles que la soie, le satin ou la dentelle.